Avec Google Assistant, la politesse est de mise

L’hiver installé, Google Assistant s’habille chaudement de quelques nouveautés. Parmi celles-ci, la prise en compte de la politesse dans nos échanges avec l’interface vocale. 
 
Doit-on parler aux appareils électroniques comme on parle à un être humain ? La question anime les débats. En effet, l’adoption des règles de la conversation humaine est indispensable à l’amélioration de l’expérience utilisateur des assistants vocaux. D’un autre côté, les plus sceptiques considèrent que trop d’humain jette le trouble sur la véritable nature de la machine et de son intelligence artificielle. Entre deux extrêmes, il y a de la place. Un peu de politesse ne fait pas de mal, bien au contraire.

Soyez courtois, on vous le rendra

Notre rapport au numérique, à quelque peu impacté notre expérience de la courtoisie. Sur la majorité des interfaces, elle s’opère à sens unique. Jusqu’à présent, lors d’une commande d’un vêtement en ligne ou d’un billet de train, le visiteur suite à son passage se voit gratifié d’une formule du type « merci de nous faire confiance », « À bientôt »… Ce à quoi, il ne peut rendre la pareille, si ce n’est en déposant un avis ou un commentaire positif en ligne.

L’idée de l’option politesse de Google Assistant est d’encourager un comportement réciproque. Plus l’utilisateur a recours à des phrases telles que « merci » ou « s’il te plait », plus la synthèse vocale répondra de manière enjouée. Il n’y a donc aucune obligation à se comporter ainsi, mais une incitation implicite pour remettre un peu de douceur dans un monde de brutes.

Une option obligatoire pour les enfants ?

Récemment, un article relayé par l’ADN et titré « votre assistant vocal va-t-il transformer votre enfant en « connard »? » pointait du doigt le langage avec lequel nous nous adressons aux assistants vocaux. Et les utilisateurs d’exiger ses 4 volontés sans prononcer les mots magiques…

Un pâle exemple pour les enfants qui apprennent du comportement des adultes. Si ces derniers omettent les formules de politesse, alors les chérubins en feront de même. Avec comme dérive d’appliquer la même attitude, mais cette fois-ci avec de vraies personnes non consentantes. Pour remédier à cela, il serait intéressant de voir comment un assistant peut exiger de telles formules. Avec les progrès de la reconnaissance vocale, il n’est pas difficile d’imaginer que Siri, Alexa ou Google Assistant puissent identifier si son interlocuteur a une voix d’enfant. Une fois détectée, une sorte de « contrôle parental vocal » se mettrait en route pour exiger ces quelques mots qui font toute la différence.

Photo de couverture : Morvanic Lee

 

 

Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *