L’assistant vocal Disney vous aide à devenir le meilleur conteur d’histoires

Il y a mille manière de raconter des histoires, mais certaines touchent plus que d’autres, sont capables de réveiller l’imagination. À cet art, Disney excelle depuis des décennies. La magie qui nait de ses récits traverse les générations. La clé d’un tel succès, se trouve dans une formule indémodable sans cesse adaptée à toutes les nouvelles façons de raconter. Le partenariat avec Google suit cette logique d’innovation. Il sera désormais possible de raconter une histoire tout en bénéficiant de l’accompagnement sonore de son assistant vocal. Fantastique !

Imaginez-vous entrain de lire une histoire à voix haute à votre enfant. Suivant le rythme de lecture et les mots prononcés, votre assistant vocal lance des musiques d’accompagnement, joue des bruitages, sans jamais prendre le pas sur la lecture. L’effet est garanti.

Une lecture augmentée, mais concentrée

Cette idée semble toute naturelle pour un créateur d’histoire tel que Disney. Fallait-il encore la mettre en place et trouver la bonne méthode pour jouir de ce contenu augmenter. Le projet s’appuie pour le moment sur la collection de livres Little Golden Books et deux partis pris sont à noter au niveau de la conception. Le premier consiste à laisser le micro de l’assistant vocal ouvert pendant la lecture afin de pouvoir suivre l’évolution de l’histoire et s’accommoder d’une éventuelle interruption. Comme on peut le voir dans la vidéo, la reconnaissance vocale s’adapte au passage lu en temps réel. Cela permet de recourir au « saut de page ». Le deuxième est de respecter le temps de l’histoire. Durant le récit, impossible d’effectuer simultanément une autre action sur l’assistant. En outre, Disney propose de la lecture augmentée, mais concentrée.

Après s’être essayé à ses dépends d’apprivoiser les assistants vocaux via une publicité un peu grossière (La belle et la bête), Disney montre cette fois-ci le bon chemin. Ce partenariat illustre l’importance de créer du contenu engageant, de répondre à un besoin d’expérience augmentée. Il souligne également la tendance des assistants vocaux à se tourner vers la jeunesse. Ces derniers étant aujourd’hui principalement utilisés dans les foyers ou résident un ou plusieurs enfants.

Peut être que demain, il sera difficile d’imaginer raconter une histoire, sans cet accompagnement. Un peu comme voir un film sans ambiance sonore.

 

Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *