Text-to-audio : NY Times rachète Audm, une app qui permet de transformer des articles en audio

La startup Audm a développé une app permettant de « vocaliser » des articles de presse. Ce qui a évidemment attiré l’attention de la New York Times Company. Dans le contexte actuel d’engouement pour le format audio (podcast, applications vocales, etc) des solutions de text-to-audio similaires à celle d’Audm se sont développées. D’ailleurs, Google Assistant propose une fonctionnalité équivalente qui se décline également aux pages web.

Citons également Pocket ou Instapaper, la seule différence entre ces solutions et celle de Audm est de taille. Ainsi, en lieu et place de voix génériques, Audm propose des voix d’acteurs professionnels.

Audm : pas de text-to-audio mais une intervention humaine

En clair, Audm n’est pas une solution de text-to-audio. En réalité, ce sont des narrateurs humains qui s’enregistrent en train de lire les articles. Les deux fondateurs de la startup créée en 2007 ont d’abord eu recours au crowdsourcing pour trouver des voix. C’est dans un souci de différenciation qu’ils ont commencé à avoir recours à des voix de professionnels.

Avant d’être racheté par la New York Times Company, la solution distincte d’un text-to-audio avait déjà séduit plusieurs périodiques. À savoir : The Atlantic, Esquire, Wired, Rolling Stones, Vanity Fair, BuzzFeed ou encore Harper’s Bazaar.

La startup avait également collaboré avec le NY Times avant le rachat.

Vers une intégration avec le Daily ?

Rappelons que le NY Times a déjà sorti une application vocale : The Daily. Celle-ci mettait leurs articles en version podcast donc proposait une version audio de leur contenu écrit. Audm apporte sa pierre à l’édifice en se concentrant sur des sujets relatifs au coronavirus. Citons par exemple le sujet consacré à Tom Hanks.

Comptez 8,99 $ par mois ou 59,99 $ par an pour souscrire à Audm. Malgré le rachat par la New York Times Company, Audm continuera à proposer du contenu audio issu d’autres médias de manière hebdomadaire.

Il est intéressant de voir se développer des solutions faisant la part belle aux voix humaines. Preuve en est que les voix synthétiques ne satisfont pas encore les attentes des utilisateurs.

Sigismond de Malleray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *