Pourquoi être poli quand on s’adresse à l’assistant d’Amazon, Alexa ?

Avec l’essor de la technologie vocale et son adoption exponentielle par les ménages, la question de la formulation des intents utilisateurs se pose. En clair, ce n’est pas parce que l’on s’adresse à une IA et non à un interlocuteur humain qu’il ne faut pas mettre les formes. D’autant que les raisons de solliciter l’assistant d’Amazon, Alexa ne manquent pas.

De la consultation de la météo à l’écoute de musique en passant par des recettes ou voice games, les usages se multiplient.

L’assistant d’Amazon, Alexa et la neuropsychologie

Une neuropsychologue de renom, Dr Laura Phillips travaillant au Child Mind Institute a récemment donné son avis. Plus précisément, elle s’est prononcée sur l’impact de nos interactions avec l’IA sur les jeunes enfants. Elle recommande aux parents d’utiliser des formules de politesse élémentaires « s’il te plait » « merci« , etc. L’absence répétée de ces formules pourrait avoir un effet néfaste sur la perception de la politesse par les enfants.

Plus largement, elle pourrait nuire à la manière dont ces enfants perçoivent la manière d’interagir avec autrui. Avec 3,2 millions d’utilisateurs français d’assistants vocaux, il est impératif d’anticiper ce genre de dérives.

Pour l’heure, aucune étude n’a été réalisée sur les assistants vocaux, Google Assistant ou l’assistant d’Amazon, Alexa en tête. Contrairement au temps d’exposition aux écrans ou autres technologies dont on connaît les impacts. Pourtant, la question de la politesse dans nos interactions avec les assistants vocaux avait déjà fait l’objet d’un article.

Sigismond de Malleray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *