Quel est l’état du marché de la voicetech en Chine ?

Du fait de son statut de superpuissance, la Chine dispose d’une avance considérable dans plusieurs domaines, à laquelle la voicetech n’échappe pas. Nous avons donc pris le parti d’y consacrer une série de trois articles dont le premier sera dédié à l’état du marché chinois de la technologie vocale

Précisons que la Chine et l’Inde sont les deux pays présentant le plus d’appétence pour la technologie vocale dans toute la région Asie-Pacifique.

Pourquoi une telle avance en matière de voicetech ?

La raison principale de cette appétence pour la voicetech vient de la précision de la reconnaissance vocale en mandarin. Outre cet aspect, le mandarin est bien plus complexe que l’anglais à saisir sur un petit écran mais trois fois plus rapide à prononcer. La technologie vocale offre donc praticité et efficacité.

Le gouvernement chinois soutient et subventionne massivement la recherche en I.A tout en collectant des données. Le tout dans un contexte de respect de l’intimité minimal voire quasi inexistant. À titre d’exemple, le crédit social chinois consiste à collecter des données sur tous les citoyens et à leur attribuer une note sociale. Cette collecte massive de données facilite le travail de développement de l’I.A et de la reconnaissance vocale.

Quelle évolution pour le marché de la voicetech en Chine ?

iFlytek : un des leaders chinois de la voicetech

Une telle mainmise sur les données a permis de traiter les 130 dialectes et 30 langages que compte la Chine. Le nombre d’utilisateurs d’enceintes connectées est passé de 34,2 millions en 2018, à 85,5 millions en 2019. Celui-ci devrait passer à 111,7 millions en 2020. On prévoit 17% de croissance annuelle pour le marché de la reconnaissance vocale chinois. Précisons qu’il pesait déjà 55 milliards de dollars en 2018.

Le gouvernement chinois veut se transformer progressivement en centre d’innovation en I.A, concentrant près de 150 milliards de dollars d’ici 2030. L’avance chinoise en matière de voice tech s’explique par le fait qu’il n’existe pas de concurrence si ce n’est celle d’autres entreprises chinoises (seul Siri prend en charge le mandarin).

Quels sont les principaux usages de la voicetech en Chine ?

La voicetech est d’ores et déjà passée dans les moeurs, en témoigne par exemple le cas des call centers chinois. Ceux-ci ont recours à la voix de synthèse pour générer des réponses automatiques. Quant aux cours de justice, elles utilisent le speech-to-text pour retranscrire les procès verbaux.

Plus de la moitié de la population chinoise utilise le vocal pour exécuter des actions au sein de certaines applications. En particulier, la dictée vocale qui arrive largement en tête, majoritairement via WeChat.

  • 46% des utilisateurs de la technologie vocale utilisent la recherche vocale
  • 47% de domotique

Proportionnellement, ils sont 26% à effectuer des achats par le biais de la voix. En termes de devices, les utilisateurs de la voicetech sont 86% à avoir recours à leur assistant vocal via smartphone. Tandis que 28% d’entre eux « seulement » y accède via enceintes connectées.Enfin en termes d’expérience de marque, l’usage naissant fédérateur surfe sur la proximité entre influenceurs et fans, permise par le vocal.

Sources :
Sigismond de Malleray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *