App fatigue : le vocal va-t-il supplanter les app mobile ?

Voilà bientôt une dizaine d’années que les app mobile se multiplient parfois pour le meilleur, souvent pour le pire. Or, on assiste depuis deux ou trois ans à l’apparition d’une tendance en réaction à cette inflation applicationnelle : l’app fatigue. L’expression en elle-même est suffisamment transparente pour comprendre qu’elle est négativement connotée.

Effectivement, elle renvoie à la lassitude éprouvée par les détenteurs de smartphones à la vue de leur écran encombré par des dizaines d’app dont une large majorité s’avère en fait inutile. Avec le succès actuel d’une app telle que FaceApp et son filtre troisième âge, on comprend rapidement le cycle de vie d’une app mobile similaire. L’utilisateur la télécharge, en fait la démonstration à son entourage, l’utilise quelques fois à titre personnel avant de l’abandonner purement et simplement sans pour autant la supprimer. 

Les usages en chiffres

Un tel comportement conduit inévitablement à une accumulation d’app indésirables. Cette accumulation le dissuade d’en télécharger d’autres. Toutefois, certaines app ont su garder la faveur des utilisateurs. Il s’agit essentiellement de celles qui rendent la vie plus facile mais aussi celles auxquelles ils sont habitués. Ainsi, les app les plus utilisées restent les app sociales (Instagram, Snapchat, Twiter, Facebook, etc) à 39%. Elles sont suivies par les app de messagerie qui arrivent en seconde position à 10%.

Plus de la moitié (51%) des détenteurs américains de smartphones disent ne même pas télécharger une app par mois. En outre, une utilisation quotidienne moyenne ne dépasse pas 9 ou 10 apps. Enfin 25% des détenteurs américains de smartphone désinstallent une app par manque de capacité de stockage1.

app fatigue en chiffres

La raison est simple et nous l’évoquions ci-avant : les utilisateurs ont déjà téléchargé les app qui leur étaient utiles. Par conséquent, une grande majorité de celles qu’ils téléchargent le sont par effet de mode. Or, un effet de mode passe rapidement et tombe généralement dans l’oubli, ce qui contribue à l’app fatigue.

Ajoutons également la préoccupation accrue des utilisateurs autour de la collecte de leurs données. De nombreuses app demandent encore un accès à notre photothèque ou à notre localisation. Depuis l’entrée en vigueur du RGPD, cette crainte est de plus en plus partagée.

La vocal va-t-il concourir à la disparition des app mobile ? 

Avec huit milliards d’assistants vocaux à l’horizon 2023, la technologie vocale est en passe de s’imposer largement et mondialement. Pour l’heure, l’adoption française décolle tout juste avec 3,2 millions d’enceintes connectées. Pourtant, le vocal a déjà conquis les Etats-Unis ainsi que la Chine. Cette technologie séduit de par sa facilité d’accès, son utilisation instinctive mais aussi du fait qu’elle soit moins frictionnelle. Un autre aspect est intéressant à bien des égards : elle n’occupe pas d’espace de stockage.

Ce dernier point est évidemment cher aux détracteurs des app mobiles. Au delà de ça, la technologie vocale constitue une révolution des interactions avec le numérique. La technologie s’efface progressivement et n’est invoquée que lorsqu’elle est nécessaire. Elle n’implique pas de pollution visuelle ou d’encombrement des interfaces et ne prend pas l’utilisateur en otage.

Ainsi, il n’est pas rare d’être dans l’obligation de télécharger une app mobile pour bénéficier d’un avantage, ce qui équivaut à une relation permanente non désirée. A ce propos, 63% des détenteurs américains de smartphone désinstalleront une app qu’ils ont été contraints de télécharger pour bénéficier d’un avantage. Un chiffre éclairant quand on sait que les consommateurs n’ont jamais été autant en recherche d’offres, avantages, promotions et réductions. 

Certes, certaines app ne pourront être complètement détrônées par la technologie vocale, du moins pas par des devices dénuées d’interface visuelle. Pourtant, avec la multiplication des enceintes connectées avec écran, dont l’Echo Show ou le Google Home, ces app pourraient bien voir leur vie prolongée avec comme interaction principale, la voix. 

Les skills et actions

Le succès de certaines applications vocales, qu’il s’agisse d’actions Google ou de skills Amazon témoignent du potentiel de ces nouvelles formes d’applications. Encore timide en France, le taux d’adoption outre-Atlantique est plus que prometteur. Il faut admettre que certaines d’entre elles offrent des expériences particulièrement immersives sans même avoir recours à des éléments visuels.

Si
Alexa Skill Ratings – Chatbots Magazine

Outre les applications sociales, on retrouve la plupart des usages qui ont fait le succès des app mobiles dont des applications de gaming, de cuisine, de transport, bancaires et j’en passe. Preuve en est que celles-ci peuvent bel et bien se substituer aux app plus traditionnelles, qui plus est une fois dotées d’une interface visuelle.

Aussi, si les app mobile veulent survivre elles doivent se faire plus discrètes et s’effacer tout en rendant la vie plus facile. Il est de toute façon évident qu’elles ne disparaitront pas complètement au profit des applications vocales mais cohabiteront plutôt. Quoi qu’il en soit, que la technologie vocale prenne de l’ampleur ou non, l’app fatigue témoigne d’un désintérêt progressif auquel il faut remédier en explorant de nouvelles possibilités d’interagir. 

1. themanifest.comMobile App Usage Statistics 2018
2. techcrunch.comReport: Smartphone owners are using 9 apps per day, 30 per month
3. juniperresearch.comDigital voice assistants in use to triple to 8 billion by 2023, driven by smart home devices
4. mediametrie.fr3,2 millions d’utilisateurs d’enceintes à commande vocale
5. Google/Heart+Mind Strategies, U.S., “Getting Things Done on Mobile

Sigismond de Malleray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *