Le Moulin à Paroles #39

Le Moulin à Paroles : la revue de presse par l’équipe de Vokode, vous propose une sélection d’articles sur la technologie vocale et son écosystème

À quand « Hey Alex » ?

L’Unesco a récemment publié un rapport mettant en lumière la propension des assistants vocaux à véhiculer des préjugés sexistes. Par là, c’est aussi le manque d’effectif féminin dans les professions travaillant sur l’intelligence artificielle qui est mis en cause. Jusqu’ici, la part de femme dans la recherche sur l’IA ne s’élève qu’à 12%. Le chiffre tombe à 6% en ce qui concerne la part de développeurs. Une présence accrue d’employées de sexe féminin contribuerait à renvoyer une image plus objective de la femme. Fruit du travail de l’Unesco, de la coalition Equal Skills et du ministère allemand de la Coopération économique, c’est principalement la servilité et la docilité des assistants vocaux à voix féminine qui est pointée du doigt. Une mesure simple reviendrait à remplacer la voix par défaut de l’assistant vocal par des voix masculines par défaut. Une autre piste est celle explorée par les concepteurs de Q, l’assistant vocal non genré.

=> L’Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des «préjugés sexistes»

Alexa se met au service des plus âgés

Nous avions déjà évoqué le potentiel du vocal au service du troisième âge dans un précédent article. L’expérience conduite par l’entreprise Digital Line, Amazon, WDSI et l’EHPAD Canford Care depuis mars 2018 témoigne de ce potentiel. Non seulement les résidents ont adopté la technologie vocale rapidement – de même que le personnel de l’EHPAD – mais le recours à l’assistant vocal Alexa est même quotidien. De la lecture de livres audio aux rappels en passant par le contrôle de la lumière, les résidents ont très vite assimilé les différentes fonctionnalités, ce qui soulage considérablement la charge de travail des encadrants. Au delà de ça, les résidents se sont attachés à la personnalité d’Alexa, certains allant même jusqu’à déclarer « I love her« . Au vu du succès de l’expérience, Digital Line voudrait déployer la technologie dans d’autres EHPAD du Royaume-Uni voire créer des services vocaux sur mesure.

=> Alexa Program at UK Care Home Shows the Power of Voice-First Devices for the Elderly

Project Euphonia : rendre le vocal accessible au plus grand nombre

A l’instar de toute innovation, la technologie vocale laisse immanquablement des personnes de côté. C’est du moins ce que l’on pensait jusque là mais c’était avant que Google ne lève le voile sur le Project Euphonia. Cette initiative consiste à rendre le vocal accessible aux personnes atteintes de handicaps impactant leur élocution ou prononciation. Pour ce faire, le Project Euphonia collecte les données vocales de ces personnes de manière à entraîner l’intelligence artificielle à les reconnaître. Cette initiative rassemble des bénévoles de même que des associations à but non lucratif. A cette fin, le géant de Moutain View a débuté une opération mondiale de collecte de données vocales à laquelle tout le monde est invité à participer. L’intégration d’une telle variété de voix permettra à l’intelligence artificielle d’appréhender au mieux tous les timbres, élocutions et dictions possibles.

=> Google : un projet pour rendre les commandes vocales accessibles en cas de difficultés d’expression

Spotify teste Car Thing, son assistant vocal embarqué

« Car Thing » : tel est le nom de l’assistant vocal développé par le service de streaming. Une initiative audacieuse quand on sait que les détenteurs d’enceintes connectées préfèrent leur propre assistant à celui des constructeurs automobiles. Alors qu’en sera-t-il d’un assistant assigné à résidence dans l’habitacle d’une voiture ? Il suffit de connecter le device au smartphone de l’utilisateur ou à l’autoradio via bluetooth. Pour l’heure, le produit n’en est qu’à sa phase d’expérimentation et n’est pas encore disponible dans le commerce. Cantonné à un usage purement musical, le « Car Thing » répond à des commandes telles que « Joue … » ou « Change de morceau« . En réalité, il s’agit plus d’une expérience que d’une réelle volonté de la marque de franchir le pas de l’assistant vocal. Grand bien lui en fasse.

=> Spotify lève le voile sur son premier objet connecté : Car Thing

Amazon Pay ou la vente in-skill de biens et services

Un cap vient d’être franchi en termes de voice commerce : il est désormais possible de vendre des biens tangibles et autres services depuis une skill. La liste s’étend des places de cinéma ou concert, jusqu’aux commandes de nourriture ou billets de train. En témoigne l’exemple de l’entreprise britannique Virgin Trains qui permet déjà à ses clients d’acheter leur billet depuis leur Amazon Echo. Afin de mettre en place cette fonctionnalité, il suffit aux développeurs de s’inscrire en tant qu’Amazon Pay merchant puis d’intégrer l’API. Cette innovation constitue une réelle avancée ainsi qu’une nouvelle manière intuitive d’atteindre ses clients où qu’ils se trouvent sur le globe.

=> How to Get Started with Amazon Pay to Sell Goods and Services from Your Alexa Skills

Sigismond de Malleray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *